Blog

AFEST : Action de Formation En Situation de Travail. C’est quoi ? Comment la mettre en œuvre ?

Action de Formation En Situation de Travail (AFEST)

Issue de la simplification de la définition de l’action de formation présente dans le code du travail depuis septembre 2018, l’Action de Formation En Situation de Travail (AFEST) est encadrées par la loi et par un Décret spécifique (6313-3-2).

L’objectif de cette modalité est d’encadrer des actions de formations qui sont réalisées sur le temps et le poste de travail, ce qui n’était pas possible avant en formation continue. Tout du moins, il n’était pas possible de qualifier ces actes comme des « Actions de formation » au sens de la loi et de profiter d’une quelconque imputation financière ou légale au bénéfice de certaines obligations.

Certains l’appelaient auparavant le « compagnonnage », d’autre « la formation sur le tas » ou même « formation en situation de travail » telle qu’elle est définie aujourd’hui.

L’AFEST est donc une modalité de formation (reconnue), très pratique centrée sur l’apprenant et sur son poste de travail (à ses tâches).

L’AFEST, nécessite aujourd‘hui de définir un parcours pédagogique (plan), qui doit atteindre des objectifs professionnels (objectifs professionnel du parcours module par module), quel qu’en soit le mode (L 6312-1 du code du travail), dans le cadre du respect du décret 6313-3-2.

Quel est le principe des actions AFEST ?

Le principe est l’acquisition de connaissances, de compétences et de savoir-faire au travers de séquences de formations réflexives réalisées autour de la situation de travail.

L’acte formatif est borné de la manière suivante :

Séquence formative type :

  1. Séquence 1
    1. Apport en séquence d’une compétence (ou connaissance)
    2. Trace de l’apport
    3. Acquisition par l’apprenant voir itération (répétition)
    4. Validation de l’acquis par le tuteur / formateur
      1. Redirection de l’apprenant vers d’éventuelles formations attenantes
  2. Séquence 2 …

Le parcours d’AFEST peut être simulé ou réel et respecter le phasage suivant :

  1. Positionnement amont (Niveau / Besoin)
  2. Séquences construites (Courtes)
  3. Validation du parcours (Evaluations)

Selon la loi L6353-1 du 8/8/2016 la notion de parcours prends la forme suivante :

Séquence pédagogique, positionnement, évaluation, accompagnement, adaptation du cursus

Une action de formation AFEST découpée en phases :

Phase n°1 : Positionner les apprenants

Il s’agit ici de déterminer assez précisément où se situe l’apprenant quant au niveau requis

  1. Définir les objectifs de la formation
  2. Construire le parcours
  3. Constituer un outil d’évaluation de la progression

Ou

Faire réaliser un auto-positionnement par l’apprenant

Ou

Faire passer des Tests préalables

Ou

Réaliser un entretien individuel

La valeur recherchée dans cette phase est d’éclaircir le niveau réel de l’apprenant quant aux attendus d’entrée dans le cycle mais aussi, par différentiel de déterminer son parcours pour l’atteinte de l’objectif final.

 

Phase N°2 : Se mettre d’accord sur les compétences à développer :

Il s’agit de partager et d’impliquer l’apprenant dans sa démarche formative

  • Solliciter l’apprenant sur ce qu’il veut apprendre.
  • Favoriser son auto-positionnement en différentiel / comparaison avec les savoir-faire de ses propres collègues

La valeur recherchée dans cette phase est de formaliser l’a compétence à acquérir et d’impliquer l’apprenant. (Activité, durée, attendus, points à contrôler, niveau d’acquisition)

 

Phase 3 : Mettre en situation

Il s’agit de mettre l’apprenant en situation réelle ou simulée de travail et d’en tirer des analyses. Il est possible d’utiliser des méthodes inductives ou déductives.

  • Mettre en situation « préparée » (par le formateur)
  • Mettre en situation « prévue » (L’apprenant seul)
  • Mettre en situation planifiée et organisée (les deux, inductif ou déductif)

 

  • Pendant la mise en situation :
    • Formateur présent et observant (il n’intervient pas)
      • Il peut aiguiller ou se faire expliquer la logique suivie par l’apprenant
    • L’apprenant s’applique, réfléchis, prend le temps, jalonne son travail explique sa logique. Il diagnostique, s’auto corrige et réajuste par lui-même.
  • Après la mise en situation :
    • 3 Moments forts :
      • Débriefing à chaud (le jour même)
      • Débriefing à froid (de quelques jours à plusieurs semaines)
      • Bilan d’acquisition, (repositionnement)

Phase 4 : Mettre en place la séquence Réflexive :

Il s’agit de faire le point sur les acquis et sur les points nécessitant des nouveaux apports ou de la répétition sur la base des éléments de suivi que sont les comptes rendus et les débriefings.

La séquence réflexive fait référence au référentiel de compétences identifié ou construit sur lequel se base le cursus apprenant, à des attendus et à ses descriptifs (quelle compétence recherchée), des moyens pour mettre en œuvre, une durée une grille de méthode d’évaluation des acquis et un faisceau de traces. Il est alors essentiel que l’apprenant soit positionné dans un cadre valorisant ses efforts et ses acquis.

Comment tracer l’Action de formation AFEST ?

Au même titre que les autres actions de formation, un regard particulier doit être porté au suivi de la réalité de l’action de formation. La loi permet aujourd’hui d’assouplir cette preuve à un ensemble de preuve, ce qui permet de dépasser la simple fiche de présence signée pour un faisceau d’indices mettant la réalité de l’action en avant, mais faites bien attention à celui-ci pour qu’il soit suffisant à définir cette réalité. Par exemple, la trace orale d’une séquence, n’est pas suffisante, par contre les traces laissées par les processus lié à cette séquence est suffisant (dans la mesure où la séquence est bien définie en terme de durée).

Pour bien faire, sans qu’il n’y ait encore cette obligation, les éléments suivants restent encore assez concordants :

  • Existence d’un protocole pédagogique individuel (exemple de documents signés [apprenant / entreprise])
  • Traces de l’activité (Fiche de présence ou autre preuves …)
  • Traces du positionnement amont (grille d’évaluation, connexion aux tests …)
  • Moyen alloués et trace de leur utilisation (Location / réservation de moyens, log sur un système, réservations, …)

Nous vous conseillons de produire et de référencer des traces lors des séquences réflexives ou de tracer sur un système manuel ou digital les séquences.

 

Vous faire accompagner ?

Alors si vous désirez que nous échangions sur vos options stratégiques et sur les meilleures options de gestion de votre problématique AFEST de votre Organisme de formation, nous vous proposons de vous accompagner dans cette démarche.

Contactez-nous :

Contactez : @techlinker.io

Retrouvez aussi :

Accompagnement : Datadock – Qualité Express!

Accompagnement : RNCQ – Qualité Express!

 

Autres articles pouvant vous intéresser sur le sujet de la formation :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.